Dragon age chronicles

Bienvenu sur ce forum rpg entièrement dédier au jeux de Bioware
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cultes et Religions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flémeth

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 08/04/2015
Age : 28

MessageSujet: Cultes et Religions   Lun 13 Avr - 22:10

Au début étaient les elfes...

Nul ne sait exactement quand apparurent les elfes, l'an 1 de leur calendrier est la plus ancienne date connue de Thédas et correspond à la fondation de leur ancienne capitale : Arlathan. En ce temps-là, ni les nains apparus 3000 ans plus tard, ni les humains qui explorèrent Thédas 4500 ans après les elfes, n'avaient d'influence sur ce peuple.
Selon les elfes, le monde a été créé par Mythal, déesse de la maternité, de la justice et de la protection, et par Elgar'nan, dieu de la paternité et de la vengeance.
Leurs premiers enfants furent les jumeaux Falon'Din et Dirthamen. Le premier est aussi appelé "L'ami des morts", accompagnant, dans leurs rêves, les personnes au crépuscule de leur vie dans des voyages vers l'illumination et les guidant une ultime fois à travers le Voile à leur mort. Le second, quant à lui, fit dont aux elfes du savoir, et leur enseigna la loyauté et la confiance en la famille.

Andruil, leur première fille, devint la déesse de la chasse et veillait sur les animaux, enseignant aux elfes à les respecter. Son influence était si grande qu'elle fut autorisée à choisir un elfe parmi ses adorateurs pour l'élever au rang de dieu. Ce fut Ghilan'nain, une elfe si dévouée envers les animaux qu'elle devint la "Mère des Hahl".

Les derniers nés des dieux étaient Sylaise la "gardienne de la terre" et June, le dieu des artisans. La première restait à la maison à chanter et faire de l'art, enseignant aux elfes l'usage du feu, la médecine par les plantes et la magie et le tissage, notamment pour faire des cordes. June utilisa ce dernier enseignement pour apprendre aux elfes à confectionner des arcs, afin qu'ils puissent bénéficier du don d'Andruil : la chasse.
Mais les dieux elfes étaient lancés dans une guerre perpétuelle contre "les Oubliés", des divinités de la terreur, de la pestilence et de la cruauté. Entre les deux camps se tenait Fen ‘Harel, le dieu de la tromperie, que chacun croyait être dans son camp. Il est dit qu'il promit une trêve entre les bons dieux et les Oubliés, mais qu'il profita de les avoir tous réunis dans la Cité Éternelle, au cœur de l'Immatériel, pour les y enfermer à tout jamais.
Depuis ce jour, les elfes furent livrés à eux-mêmes et c'est alors que les humains arrivèrent, menant peu à peu les elfes vers leur chute. Les elfes associent immanquablement la trahison de Fen ‘Harel et les humains, ce qui renforcent leur méfiance voire leur haine envers eux.
La chute des elfes fut totale et il ne reste presque rien de leur culture. Seuls les archivistes des tribus Dalatiennes s'assurent de la survie de leurs traditions, en grande partie oubliées.


Sous la roche vivaient les nains...


3000 ans après que les elfes aient établis Arlathan, ils rencontrèrent les nains, mais peut-être vivaient-ils déjà là, sous la montagne, avant cette rencontre. Seuls les Façonneurs pourraient le dire, eux qui conservent l'histoire naine dans son intégralité et telle qu'elle est réellement.
Les nains n'ont jamais cru en un quelconque Dieu tout puissant, ni non plus à un panthéon. Les nains vénèrent la Pierre, d'où ils viennent, au sein de laquelle ils vivent et dans laquelle ils retournent à leur mort. Ils sont les "enfants de la Pierre" et jamais ne la quitte. On dit des meilleurs guerriers ou artisans, et plus encore les nains ayant accomplis des actes tellement remarquables que leurs pairs leur attribunt le rang de Parangons, qu'ils renforcent la pierre, tandis que ceux qui apportent la honte sur leur clan l'affaiblirait.
A leur mort, les nains rejoignent la Pierre, devenant des esprits qui guideront les générations futures, c'est pourquoi les nains vénèrent leurs ancêtres et il n'est de plus grand honneur que de devenir un "ancêtre vivant", que l'on nomme "Haut". Toute famille naine ayant un Haut dans ses rangs est automatiquement promue dans la caste des nobles. Les sans-castes et les nains en disgrâce sont rejetés par la Pierre et jamais ne pourront la rejoindre à leur mort, hantant alors une quelconque caverne.


Les premiers humains croyaient bien des choses...

Les premiers hommes à parcourir Thédas étaient regroupés en de multiples tribus, chacune avec ses propres croyances. Ces tribus se firent la guerre, s'unirent et se désunirent, pour former au final les Imperiums et royaumes que l'on connait. Toutes les nations humaines, ou presque, s'unirent sur le plan religieux avec le culte de la Chantrie, faisant disparaître toutes traces de ces anciens cultes.


Les Anciens Dieux
Les Anciens Dieux sont un groupe de sept dragons divins qui étaient vénérés par la majorité des humains pendant la période se situant entre la fondation de l'Imperium de Tévinter et la fondation de la Chantrie. La majorité des elfes réduits en esclavages par l'Imperium devaient se convertir au culte des dragons, ou mourir.
Le culte des Anciens Dieux est né au sein de la toute première tribus humaine : les Neromeniens. Parmi eux apparurent les premiers "Rêveurs", qui disaient voir en rêve le monde des dieux et pouvaient communiquer avec eux. Pour prouver leurs dires, ils pouvaient faire usage de puissants pouvoirs magiques. Le légendaire Thalsian était le tout premier Rêveur, et il apprit du Dieu Dumat comment utiliser la magie du sang.
Les anciens Neromeniens croyaient que les héros tombés au combat devenaient des dragons et vénéraient donc ces créatures. Cessant de vénérer leurs héros, ils assimilèrent les Dieux des Rêveurs à des dragons, gardant ainsi un lien avec leur ancien culte. Le peuple des Neromeniens, qui devint l'Imperium de Tevinter, avait tellement d'influence que le culte des dragons se répandit à travers tout Thedas et de magnifiques temples furent dédiés aux sept dragons.
Nul ne sait exactement comment est apparu le premier Enclin : la Chantrie dit que les engeances créèrent le premier archidémon, tandis que d'anciens écrits indiquent que ce serait Dumat qui aurait créé les premières engeances et les auraient dirigées au cours du premier Enclins. Toujours est-il que Dumat fut le premier Archidémon, et depuis lors, le culte des dragons périclita.
Sur les sept anciens dieux, cinq sont morts après être devenus des archidémons, et deux sont encore en sommeil, quelques groupuscules les vénérant encore.


Les sept dragons et leurs enclins
Voici une liste des sept Dragons formant le groupe des anciens Dieux, et, pour ceux s'étant réveillés comme des Archidémons, l'enclin qu'ils provoquèrent.
Dumat Dragon du silence - il enseigna la magie du sang aux humains, avant de provoquer le premier enclin.
ZazikelDragon du chaos / de la liberté - il provoqua le second enclin, qui fut le plus long qu'ait connu Thedas : presque 100 ans, au cours desquels nombres de cités et de vies furent perdues.
Toth - Dragon du feu - à la source du troisième enclin qui dura 15 ans, il fut tué par les forces unies d'Orlaïs, de Tévinter et des gardes des ombres.
Andoral - Dragon des esclaves - le quatrième enclin dura 8 ans et pris fin quand le légendaire elfe garde des ombres  Garahel se sacrifia
Urthemiel - Dragon de la beauté - près de 400 ans séparent le 4ème et le 5ème Enclin, et peu de monde voulu écouter les gardes des ombres quand ils appelaient à la vigilance. Pourtant cet Enclin fut le plus court de l'histoire : 1 an seulement grâce au groupe du "Héros de Férelden".
Razikale - Dragon des mystères - en sommeil.

Lusacan - Dragon de la nuit - en sommeil.




Vint l'Ère de la chantrie d'Andrasté...


La Chantrie a un peu moins de 900 ans, mais le culte du Créateur et de la divine Andrasté est celui qui s'est le plus répandu à travers Thédas, remplaçant petit à petit les autres cultes, et changeant radicalement la place des mages dans la société. Alors qu'ils étaient craints et respectés, souvent aux postes de dirigeants, ils se retrouvent mis au ban de la société. Comment en est-on arrivé là et quelle était la parole d'Andrasté ?


Histoire d'Andrasté

Dans de nombreuses bourgades de Férelden, on entend des histoires disant qu'Andrasté serait née ou aurait vécu à cet endroit. Cependant, l'histoire communément admise est qu'Andrasté serait née à Dénérim, à l'époque un simple village, et serait la fille du chef d'une des plus grandes tribus Alamarri.
Dès son plus jeune âge, Andrasté avait des rêves et visions étranges d'une obscure entité divine se faisant appeler "Créateur", puis petit à petit elle se mit à comprendre et interpréter ses rêves. Le Créateur n'était pas qu'une entité divine, il était L'Entité divine, le Dieu seul et unique, qui avait abandonné les humains quand ils se sont mis à croire aux anciens dieux. Tombé amoureux d'Andrasté et de ses chants, le Créateur serait revenu de sa retraite pour lui proposer de le rejoindre loin du monde des mortels et de devenir sa divine épouse.
Andrasté s'était entre temps mariée à Maférath et ne souhaitait pas le quitter. Elle demanda au Créateur de revenir auprès des Hommes et de faire de Thédas un paradis, ce qu'il accepta, à condition qu'elle convainque tout le monde de détruire les idoles des faux dieux. Pour l'aider, il lui prêtait ses pouvoirs, et c'est ainsi que commença le culte du Créateur. En effet, Andrasté se mit alors à porter la parole du Créateur auprès de qui voulait l'entendre.
Les paroles du Créateurs disaient entre autre que "la magie doit servir l'homme et non l'asservir", une idée qui connue un immense succès parmi les opprimés des territoires sous le joug de l'Imperium Tévintide, où les dirigeants étaient tous des mages profitant des pouvoirs des "anciens dieux". Andrasté finit de convaincre tout le monde en annonçant que le premier Archidémon n'était autre que Dumat, un des Anciens Dieux. L'horreur du premier enclin était telle que plus personne ne souhaitait croire en pareille divinité.
Très vite Andrasté se retrouva à la tête d'une armée qui ne cessait de grandir à mesure qu'on entendait parler des miracles qui se produisaient sur sa route. Maférath occupait le poste de général et ensemble ils parvinrent jusqu'au cœur de l'Imperium Tévintide.
Mais Maférath, par jalousie envers l'influence de sa femme et sa dévotion au Créateur, fit en secret un pacte avec Hessarian, l'Archon à la tête de l'Imperium. Les termes en étaient simples : une trêve en échange de la vie d'Andrasté. Faite prisonnière sous ses yeux, il feignit l'indignation.
Afin de faire un exemple de ce à quoi menait la rébellion contre l'Empire, Andrasté fut brûlée vive à Minrathie. Mais Hessarian eût finalement pitié d'elle et d'un coup d'épée, il mit très vite fin à ses souffrances. Plus tard, il déclarera que c'était le Créateur qui lui intima d'agir ainsi. Il devint alors un fervent prêcheur du Créateur et dénonça l'acte de Maférath. Ce dernier disparu pour ne plus jamais réapparaître.


Naissance de la Chantrie

Il est dit qu'après sa mort Andrasté rejoignit le Créateur et qu'ils abandonnèrent ensemble les hommes. Cependant, ses fidèles étaient nombreux et le culte du Créateur et d'Andrasté persista, sans aucune structure.
170 ans après la mort d'Andrasté, Kordillius Drakon, le premier Empereur d'Orlaïs, croyait avec ferveur aux paroles du Créateur et il décida de centraliser et organiser le culte en fondant la Chantrie d'Andrasté. La nomination de la première Divine, Justinia I, marque la première année du premier âge de la Chantrie. Profitant du second enclin pour étendre l'influence de son Empire, Drakon en profita aussi pour étendre l'influence de la Chantrie.
Il déclara que seules les femmes étaient assez pures pour prétendre aux rôles de prêtresses d'Andrasté, les hommes étant marqués du sceau de la trahison suite aux actes de Maférath. C'est pourquoi les hommes n'ont qu'un rôle réduit au sein de la Chantrie, tous les postes important étant occupés par des femmes. La Divine est élue à vie par ses pairs et, quand viens la fin d'un âge, elle se doit de nommer le suivant.
A Orlaïs, Drakon est presque autant célébré qu'Andrasté au sein de la Chantrie et des statues à son effigie se tiennent aux côtés de celles d'Andrasté.


Le Cantique de la Lumière

Le "Cantique de la Lumière" est le texte sacré de la Chantrie, écrit par les plus proches fidèles d'Andrasté et devenu populaire 16 ans après sa mort. Certains chants auraient même été transcris directement d'après les chansons qu'elle dédiait au Créateur. Chaque Chantrie possède une copie de ce texte sacré, et il est rare d'en voir ailleurs, la population de Thédas étant majoritairement illettrée.
Le "Cantique de la Lumière" n'a pas été créé par la Chantrie, il a cependant subit de multiples modifications concernant des versets controversés, notamment celui parlant de Shartan, le disciple elfe d'Andrasté, qui a été complètement supprimé.
Tout fidèle se doit de réciter le Cantique au moins une fois par semaine, et la version intégrale du Cantique est récitée en continu dans la Chantrie de Val-Royeaux, où siège de la Divine.
Le Cantique contient l'histoire d'Andrasté et de son culte, et de fait véhicule les enseignements d'Andrasté et du Créateurs. Ces enseignements, qui ont façonnés la perception du monde qu'ont les habitants de Thédas, sont les suivant :

I. La magie est la corruption du monde
II. L'orgueil des humains a détruit la Cité d'or de l'immatériel et est à l'origine des engeances, symboles de leurs péchés.
III. Andrasté est à la fois femme du Créateur, prophète et martyre. Son ultime sacrifice se doit d'être honoré.
IV. L'humanité a de nombreux péchés et doit faire pénitence pour mériter le pardon du Créateur. Quand tous les peuples s'uniront pour prier le Créateur, celui-ci reviendra alors et transformera le monde en paradis.



Le Schisme et la Chantrie Impériale

10 jours après avoir tué Andrasté, Hessarian déclara publiquement avoir entendu la voix du Créateur lors de l'exécution. Il se déclara alors comme disciple d'Andrasté, dénonça la trahison de Maférath et fit du culte d'Andrasté le culte officiel de Tévinter. La plupart des mages haut-placés dans la société, les prêtres des Anciens Dieux et même les mages de rangs peu élevés s'opposèrent à ce culte : la magie y était considérée comme un péché. Mais le bas-peuple et les non-mages de Tévinter soutinrent activement le nouveau culte et une guerre civile fit rage.
Après une période que l'on nomma "Transfiguration", Tévinter devint le premier État Saint, 100 ans avant Orlaïs et la création de la Chantrie. Pendant la Transfiguration, des mages se convertirent, certains déclarant avoir vu l'esprit d'Andrasté dans l'immatériel. Pour la première fois à Tévinter, des non-mages furent mis à des postes clés, à la tête du culte d'Andrasté. Les mages, quant à eux, devaient se préparer à servir la nation, selon le précepte du créateur "La magie doit servir l'Homme et non l'asservir". Depuis, un mage de chaque Cercle a le droit de siéger en tant que Grand Clerc de la Chantrie Impériale.
Quand la Chantrie fut créée à Orlaïs, les prêtres de Tévinter s'insurgèrent : Tévinter était la Terre Sacrée, Andrasté y avait vécue et y était morte, Orlaïs n'était rien de tout ça. De plus le culte avait été créé et structuré à Tévinter bien avant Orlaïs. Malgré ces faits, la Chantrie Impériale et la Chantrie d'Andrasté suivaient une entente cordiale. Mais quand on apprit à Orlaïs que de nombreux mages et hommes occupaient des postes de prêtres et étaient à la tête de la Chantrie de Tévinter, les Marches Exaltées se succédèrent pour mettre fin à ce culte déclaré païen. Ce fut la séparation définitive des deux Chantrie.

Organisation de la Chantrie

La Divine : élue à vie par le Collège des Prêtresses, elle siège à la grande Cathédrale de Val-Royeaux. Justinia I fut la première Divine et son élection marqua la première année du premier âge de la Chantrie, l'"âge de la Divine".
Les Grandes Prêtresses : les Grandes Prêtresses sont les représentantes de la Divine à travers Thédas. Chacune d'entre elle supervise de nombreuses Chantrie et elles ont autant d'influence que les plus hauts nobles.
Mères : les Mères sont des prêtresses dédiée à une Chantrie, la plus âgée et sage d'entre-elle est nommée "Révérende Mère". Les Mères dirigent la pratique du culte au sein de leur Chantrie, récitant le Cantique et enseignant les préceptes du Créateur.
Frères et sœurs : les frères et sœurs de la Chantrie peuvent être issus de n'importe quel rang social : noble, orphelins, anciens criminels repentis... ils sont éduqués religieusement par la Chantrie et dévoue leur vie au culte. Seules les sœurs peuvent espérer un jour évoluer au sein de la Chantrie.
Cantors : se sont généralement des pénitents, mais ils sont devenus les plus dévoués au culte. Ils aideront les autres au prix de leur vie et jamais n'agiront en désaccord avec le Cantique.

Templiers : la Chantrie créa l'Ordre des Templiers pour surveiller les mages. Le rôle des Templiers est donc de superviser les cercles des mages, de chasser les apostats et d'assurer la sécurité des civils quand un mage fait du grabuge. 
Presque intégralement composé d'humains et comptant très peu de femme, c'est un Ordre dont on ne peut sortir. En effet, les techniques de résistance à la magie des templiers leur imposent de prendre régulièrement des doses de Lyrium, auquel ils deviennent dépendants. 
Certaines ne leurs techniques sont également controversés, comme les phylactères qui ne sont autres que des artefacts de magie du sang... mais utilisés pour la "bonne cause".




D'Au-delà des mers est venu le Qun...


Contrairement à ce que certains pourraient croire, le Qun n'est pas réellement une religion, mais bien plus un art de vivre et une philosophie de pensée. Aucun dieu n'est vénéré par le Qun, et le Qun ne tolère la croyance en aucun dieu. C'est ce qui provoque la crainte des grand ordres religieux qui dénonce les Qunaris en tant qu'hérétiques.

Le peuple au sein duquel naquit le Qun est celui des Kossith, ces géants à la peau grise, qui longtemps vénéraient des dieux animistes. Mais un jour, Ashkaari Koslun, un grand penseur, enseigna une autre façon de vivre aux kossith, sans dieu et où la discipline est au coeur de tout. Ces principes se retrouvent dans le livre qu'il a écrit et qui leur sert de guide : le Qun. Maîtrise et équilibre sont les deux piliers du qun : la connaissance permet de maîtriser les choses et c'est là que réside le pouvoir, l'équilibre permet de d'écouter, apprendre et ainsi de tout endurer.
Les Qunari sont ceux qui suivent les préceptes du Qun, qu'ils soient kossith, elfes ou humains importe peu, seul compte le Qun qui dirige le moindre aspect de leur vie. S'ils n'ont plus de libertés individuelles, cela ne les dérange pas : leur vie est stable et confortable, et leur société prospère. Kosslun aurait créé le Qun alors qu'il recherchait une société idéale où la misère et le désespoir n'existaient pas, mais n'en trouvant aucune, il l'inventa à travers des poèmes.
Chaque Qunari a un rôle au sein de la société, ce rôle viens avant son identité propre et ils s'en servent pour se nommer, ils œuvrent pour leur société et non pour eux même. Convaincus que leur façon de vivre est la meilleure pour tous, ils n'ont de cesse d'essayer de convertir les autres peuples dont l'individualisme est, pour eux, la plus grande faiblesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonagechronicles.bbactif.com
 
Cultes et Religions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» iii ✥ cultes et religions de thédas
» 6 - Cultes et Religions
» L'Islam rejoint les autres religions
» Répliques cultes...
» Les répliques cultes du cinéma... Test...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon age chronicles :: Là où tout commence :: Comment débuter l'aventure :: Codex-
Sauter vers: