Dragon age chronicles

Bienvenu sur ce forum rpg entièrement dédier au jeux de Bioware
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ce lien qui nous unis ( Romance/ Aventure ) ( classé M, sexualité et langage vulgaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amberle Elessedil
Commandeur-Garde de l'équipe Delta ( Dégats )
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2016

MessageSujet: Ce lien qui nous unis ( Romance/ Aventure ) ( classé M, sexualité et langage vulgaire)   Jeu 6 Avr - 10:22

Prologue
 
Ce fut le cœur battant à tout rompre et le souffle court qu’Amberle s’éveilla. Sa peau était recouverte d’une mince couche de sueur et elle mit un moment à se souvenir de l’endroit où elle était. Son souffle se calma peu à peu alors que les parois familières de sa tente finissaient de la rassurer. Ce n’était qu’un cauchemar… N’est-ce pas? Soudain l’angoisse la reprit et à quatre patte, elle tituba jusqu’à l’entrée de la tente. Dehors, la nuit était fraîche et à l’exception de celui qui montait la garde, tout le monde était sagement endormit dans leur tente. Amberle fut parcouru d’un frisson alors qu’une brise froide balayait ses cheveux de côté, vêtue uniquement d’un haut de tunique lui arrivant à la mi-cuisse.
 
Le plus silencieusement possible, la garde des ombres se fraya un chemin jusqu’à l’endroit où son meilleur ami aurait dû se trouver, priant pour que ce ne soit qu’un horrible rêve… D’une main, elle écarta les pans de la tente de son ami et se glissa silencieusement dans celle-ci. Elle s’approcha à pas de loup, se penchant tout près afin de s’assurer qu’il respirait toujours. Malheureusement, la jeune femme avait souvent tendance à oublier que Jace avait lui aussi des réflexes aussi aiguisé que les siens et qu’il n’était pas très judicieux de jouer les ombres lorsqu’il dormait. Il ne fallut qu’une fraction de seconde, lorsqu’elle fut penchée au-dessus de lui, pour que l’une des lames du jeune homme se retrouve sous sa gorge. Amberle eut un hoquet de surprise et Jace poussa un soupir, éloignant son arme de son amie.
 
-          Amber… J’aurais pu te tuer, tu le sais ça? Demanda-t’il.
-          Tu n’aurais pas osé, je t’aurais beaucoup trop manqué. Plaisanta la jeune femme.
-          Ce n’est pas drôle… Tu sais bien qu’il ne faut pas se glisser dans ma tente lorsque je dors… Il remarqua alors son air soucieux et posa une main sur sa joue. Tout va bien?
-          Ça va mieux oui… répondit Amberle en serrant la main de son ami contre sa joue.
-          Dit-moi…
 
La garde des ombres laissa échapper un soupir alors qu’elle se glissait sous les draps de son ami, poussant un peu celui-ci pour se faire de la place. Elle n’avait pas l’habitude de se glisser ainsi dans son lit, ce qui eut pour effet d’inquiéter le jeune homme encore plus.
 
-          Un simple cauchemar c’est tout… finit-elle par dire.
-          Pour que tu prennes le risque de te faire égorger en te faufilant dans ma tente, il devait être foutrement effrayant ton cauchemar…
 
La demoiselle le foudroya du regard et il dû retenir le rire qui menaçait de s’échapper de ses lèvres. Il savait à quel point Amber détestait qu’on lui rappelle qu’il pouvait lui arriver à elle aussi de ressentir de la peur. Il poussa donc un soupir et passa un bras autour de ses épaules, l’attirant contre lui afin de la rassurer. Sans rechigner, la jeune femme se blottie contre lui, sentant la chaleur de sa peau contre sa main et sa cuisse également. Tiens donc… Pendant un bref, moment, la demoiselle eut l’horrible envie de vérifié s’il dormait totalement nue. Mais c’était son meilleur ami… Cela n’aurait pas été convenable non? Jace quant à lui se raidit d’un seul coup. Avec la noirceur de la tente, il ne s’était pas aperçu que son amie ne portait qu’un simple haut de tunique et lorsqu’il avait senti sa cuisse contre la sienne, il avait dû à son tour retenir un hoquet de surprise. Détrompez-vous, c’était loin de lui poser problème puisqu’il en avait souvent rêvé, seulement… Malgré qu’elle soit blottie contre lui alors qu’ils étaient tous deux quasis totalement nu, il doutait fortement que cela se finisse comme dans ses songes… Jace tourna la tête dans sa direction et l’observa un long moment, alors qu’il sentait le corps de la jeune femme s’alourdir contre lui au fur et à mesure que le sommeil reprenait possession d’elle. Il esquissa un sourire puis ferma les yeux à son tour, non sans pousser un dernier soupir.
 

Heureusement, cette fois-ci ses rêves furent plus paisible, rassuré par l’étreinte de son ami… Par le créateur ce qu’elle avait pu être terrifier de le voir ainsi couvert de sang, certaines parties manquante et d’autres très visibles alors qu’elles auraient dû être bien cachées à l’intérieur du jeune homme… Cette vision la hanterait très longtemps, elle en était certaine… 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amberle Elessedil
Commandeur-Garde de l'équipe Delta ( Dégats )
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2016

MessageSujet: Re: Ce lien qui nous unis ( Romance/ Aventure ) ( classé M, sexualité et langage vulgaire)   Jeu 6 Avr - 15:09

Chapitre 1
Retour au bercail.
 
Avant qu’ils ne reprennent la route au petit matin, Amberle et Jace se firent sermonner par leur supérieur. Les missions ce n’est pas fait pour batifolé avait-il dit, alors que les deux amis échangeaient un regard et retenait tant bien que mal un éclat de rire. S’ils savaient tout deux qu’il ne s’était rien passé, ils se doutaient tout de même que cette nuit-là alimenterait de nombreuses rumeurs à l’Inébranlable. Lorsque le commandeur eut terminé son interminable blabla, Amberle se dirigea vers Al’Hatan et le sella avant d’aller aider le reste de la troupe à ranger l’équipement dans la grosse carriole. Lorsque l’équipe fût fin prête au décollage, les deux amis montèrent en selle et suivirent le commandeur. La route jusqu’à l’inébranlable ne serait plus très longue et la demoiselle rêvait d’un bon bain chaud. À un moment, Jace tenta de faire la discussion mais la jeune femme ne semblait pas d’humeur et resta silencieuse. Bon d’accord, le regard réprobateur que lui lançait régulièrement son supérieur y était pour quelque chose, mais elle était également perdue dans ses propres pensés… Bien qu’elle ne le dise pas à voix haute, elle avait encore l’étrange impression de sentir la chaleur de Jace sur sa main. Comme si celle-ci s’y trouvait encore même si en réalité, elle tenait les rênes de son cheval.
 
Bientôt, la petite troupe fut arrivée à destination et chacun s’afféra à ses petites affaires. Il ne fallut pas très longtemps avant qu’un garde s’approche de la jeune femme et lui fasse part que son père l’attendait dans son bureau… Amber poussa un long soupir, son bain devrait attendre semblait-il… À contre cœur et sans grand enthousiasme, la garde des ombres gravit les nombreux escaliers qui menaient à la tour des griffons, où se trouvait le bureau de l’homme qui l’avait élevé comme sa propre fille. Elle frappa à la porte et attendit qu’on la convoque avant d’entrer en refermant la porte derrière elle.
 
-          Tu voulais me voir papa?
-          Aurais-tu la gentillesse de m’expliquer ce que viens de me raconter Frédéric?
-          Ça dépend, qu’est-ce que ce crétin t’a encore raconté? Ricana-t’elle.
-          Ne joue pas les comiques avec moi Amber! Tu sais pertinemment ce dont je parle. Dois-je transférer Jace d’équipe? Menaça l’homme.
-          Cela ne sera pas nécessaire papa. Frédéric ne voit pas plus loin que le bout de son nez et refuse d’écouter quoi que ce soit qui sorte de ma bouche… Amberle soupira en prenant place dans l’un des fauteuils face à son père. Il ne s’est strictement rien passé entre Jace et moi…
-          Mais encore?
-          Par la sainte culotte d’Andrasté! J’ai simplement rêvé qu’il gisait mort les tripes à l’air… J’ai eu besoin de me rassurer en allant le voir et je me suis endormie dans sa tente c’est tout. Je te donne ma paroles qu’il n’y a rien de plus à l’histoire…
-          Surveille ton langage jeune fille! Le seigneur commandeur poussa un soupir. Bon, je te crois… Mais s’il te plait, évite de trop mettre Frédéric en colère…
-          Je n’y peux rien si c’est un crétin. Je peux aller prendre un bain maintenant?
 
L’homme soupira et lui fit signe de disposer, ce pour quoi la jeune femme ne se fit pas prier. En marchant dans les couloirs des dortoirs, elle croisa un domestique à qui elle demanda de remplir la bassine de ses appartements privés. Amberle fit ensuite un détour à la cuisine où elle confisqua quelques grappes de raisins et du fromage frais avant de remonter à sa chambre. L’eau fumait déjà dans la grande bassine, pour son plus grand plaisir. Sans perdre un instant, elle déposa ses victuailles sur une table basse qu’elle approcha du bain et se dévêtue avant d’entrer dans l’eau. Poussant un soupir, la demoiselle repensa à la veille. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas si bien dormi et l’espace d’un instant, elle s’interrogea à ce sujet. Était-ce dû à la présence rassurante de son ami près d’elle? Elle fronça les sourcils soudainement. À plusieurs reprises, depuis leur première rencontre, la demoiselle avait sentie quelque chose de solide entre eux et à un certain moment, elle s’était interrogée sur les sentiments qu’elle éprouvait pour lui… Bien sûr, le fait qu’il se soit raidi ainsi lorsqu’elle s’était blottie contre lui avait détruit toutes les petites illusions qu’elle aurait pu se faire à ce sujet. Il ne fallait pas rêvé, pourquoi aurait-il vu en elle plus que ce que tous les autres voyaient? Une bête assoiffée de sang qui ne vivait que pour l’adrénaline des combats…
 
Amberle poussa un nouveau soupir avant de prendre une grande inspiration et se laisser totalement submergée sous l’eau, demeurant ainsi jusqu’à ce que ses poumons soient en feu, suite à quoi elle immergea de sous la surface, haletante. La jeune femme se lava les cheveux et le reste du corps avant de sortir de l’eau et de s’enrouler dans un drap de bain. Elle quitta ensuite la salle d’eau pour revenir dans la chambre à coucher, laissant derrière elle une trainée d’eau ainsi que le drap de bain alors qu’elle se dirigeait vers son armoire. Elle l’ouvrit, regardant les nombreux choix qui s’offraient à elle, sans grande joie. On frappa alors à la porte et Jace entra avant même qu’elle n’ait le temps de dire quoi que ce soit et referma la porte derrière lui. Ses yeux se posèrent sur la peau nue de son dos, en partie cachée par ses long cheveux blond et humide, ses yeux longeant celui-ci jusqu’au creux de ses reins ou prenait naissance la courbe de ses fesses et il se figea net.
 
    -Oh! OH! Doux créateur! Bégaya-t’il en se dépêchant de tourner le dos à son amie qui le regardait par-dessus son épaule avec un sourcil haussé.
 
La garde des ombres se saisit d’une tunique bleu foncé et d’un pantalon ample noir avant de se glisser derrière le paravent. Elle se mit alors à rire en revêtant ses vêtements. Une fois décente, elle se dirigea silencieusement vers lui, ne s’arrêtant qu’à deux pas de lui.
 
-          Ma foie je rêve ou tu as rougis?! Se moqua gentiment Amberle.
-          Je… Bien sûr que non! Répondit Jace en sursautant, faisant volte-face vers elle.
-          Pourtant je pourrais jurer que tes joues ont changée de couleur.
-          J’ai été surpris voilà tout! Je ne m’attendais pas à te trouver ainsi.
-          Évidemment. Il n’est totalement pas naturel qu’une femme qui sort à peine du bain soit totalement nue dans sa propre chambre après tout. Se moqua-t’elle à nouveau.
-          Ce… Ce n’est pas ce que j’ai dit…
-          Tu n’avais qu’à attendre que je réponde avant d’entrer.
-          J’en prends note pour l’avenir.
 
Amberle lui sourit malicieusement avant de reculer de quelques pas alors qu’il lui souriait en retour. Ses joues reprenait peu à peu une couleur normal mais le jeune homme sentait toujours son cœur battre plus vite qu’il ne l’aurait dû. Par le créateur, il savait déjà que l’image de la courbe de ses reins le torturerait dans ses songes.
 
-          Ton père n’était pas trop furieux contre toi?
-          Contre moi? Non… Mais pendant un instant, j’ai cru qu’il te ferait émasculer lorsqu’il a cru qu’il s’était passé quelque chose dans ta tente. Ricana la demoiselle.
-          Je devrais me méfier?
-          Ne soit pas idiot. J’ai expliqué à mon père que ce crétin de commandeur s’était imaginé des choses et j’ai clarifié la situation…
La jeune femme se dirigea vers son lit et se laissa tomber en position assise sur celui-ci. Elle se massa les tempes un instant et poussa un soupir avant de relever la tête vers son ami.
 
-          Et puis que cela lui plaise ou pas, je suis une grande fille maintenant et je sais qu’il s’inquiète au vu de la façon dont s’est terminé ma dernière relation mais… Il n’a pas à se mêler de ma vie privé comme ça lui chante…
-          Je suis d’accord sur ce point mais surtout, ne compte pas sur moi pour essayer de négocier avec lui sur le sujet. Plaisanta Jace en lui donnant un petit coup d’épaule.
-          Je ne suis pas stupide, j’aurais trop peur que tu ne sortes pas vivant de son bureau et qu’il décide d’orné sa cheminée avec ta tête. Pour lui je serai toujours une petite gamine innocente…
 
Jace s’étouffa sur ces mots, riant de bon cœur. Innocente? Elle? Il aurait payé cher pour voir une telle furie avoir quoi que ce soit d’innocent en elle. Non, il connaissait Amber depuis suffisamment longtemps maintenant et avait vu plus que sa part des horreurs qu’elle pouvait faire sur un champ de bataille. Innocence n’était pas le mot qu’il aurait choisi pour elle. Heureusement, son éclat de rire avait remonté le moral de son amie qui souriait elle aussi. Il constata que le soleil se couchait peu à peu, ce qui voulait dire que les cuisiniers auraient bientôt terminés la préparation du repas.
 
-          Bon aller, c’est bientôt l’heure de la boustifaille. Tu viens? Demanda-t’il en se levant.
-          Oui, j’arrive.
 
Amber se leva à son tour et ils descendirent dans la grande salle à manger où se trouvait déjà bon nombre de leurs frères et sœurs d’arme. Lorsqu’ils entrèrent dans la pièce, un silence inconfortable se fit, brisé ici et là par certains murmures. Amberle éclata de rire en rejoignant sa place habituelle.
 
-          Et bah dites-donc! Les rumeurs vont vite ici!
 

Tous les regards se plongèrent dans les assiettes devant leurs propriétaires, gênés. Satisfaite, la jeune femme fit un clin d’œil complice à son ami avant d’elle-même pigé dans sa propre assiette. Qu’elle joie d’enfin retrouver de la vrai nourriture et pas simplement les substituts qu’ils emportaient en mission. Bientôt les conversations reprirent progressivement autour d’eux, les autres gardes ayant passé à autre chose et laissant le duo tranquille. Subtilement, Amber jeta un regard en coin vers son ami qui mangeait avec appétit. Quelques mèches de ses cheveux blonds tombaient devant son visage, cachant partiellement l’œil bleu visible de ce côté. C’était d’ailleurs la première chose qu’elle avait remarqué la première fois qu’ils s’étaient rencontrés. Alors que son œil droit était bleu comme un ciel sans nuage, celui de gauche était d’une douce couleur ambré. Et avec cette petite frange qui lui tombait régulièrement devant les yeux, il l’avait tout de suite fait craquer mais elle n’avait jamais voulu l’avouer à voix haute. Elle aurait surement, de toute façon, eut l’air complètement ridicule. Il était plutôt du calibre de Tamara, une belle grande brune élancée et qui semblait physiquement parfaite de partout, en plus de ne pas avoir le penchant d’Amberle pour le sang et le carnage… La demoiselle poussa un soupir et baissa à nouveau le regard vers son assiette qu’elle termina en silence.

 
-          Quelque chose te tracasse Amber? S’enquit Jace.
-          Non, non. Tout va bien.
-          Je te connais mieux que ça, dit-moi…
-          J’ai dit que ça allait d’accord?! S’emporta la demoiselle.
 
D’un mouvement furieux, elle se leva et se dirigea vers la sortie. Jace quant à lui resta assis, encore un peu bouche-bée devant la réaction inhabituelle de son amie. Avait-il dit quelque chose qu’il n’aurait pas dû? En y réfléchissant, il n’arrivait pas à trouver ce qui aurait pu la mettre dans cet état mais s’il savait une chose, c’était qu’il devait lui laisser le temps de se calmer toute seule s’il ne voulait pas risquer qu’elle le passe sous l’acier de sa lame. À son tour, il poussa un soupir en observant le fond de son plat. Plus le temps avançait, plus le jeune homme perdait espoir de la voir s’ouvrir un peu plus à lui et lui confier ce qui la tourmentait. Elle était dur à cerné, c’était ce qui faisait en partie son charme mais qui compliquait également grandement les tentatives du jeune, qui n’arrivait pas à trouver le courage d’exprimer comment il se sentait lorsqu’elle était avec lui…
 
Après avoir scellé son étalon à nouveau, la jeune garde des ombres partie au galop dans les bois environnant, chevauchant sans se retourner. Ho! Elle savait très bien qu’il était stupide de partir ainsi. Elle était une garde des ombres après tout, elle n’avait pas le loisir de fuir ses problèmes ni son poste. Trop de gens dépendait d’elle et les siens… Et elle ne pourrait pas non plus échapper éternellement à son meilleur ami… Un beau jour, il faudrait bien qu’elle affronte ses peurs, loin de se douter que le jeune homme avait les mêmes qu’elle… Au bout de deux heures, son cheval décida de s’arrêter, épuisé par la course qu’il venait de faire. Fort heureusement, il avait choisi un emplacement parfais, couverts par les arbres et munit d’un petit étang où elle pourrait tremper et où Al’Hatan pourrait s’abreuver à satiété. Amber descendit donc de sa monture et lui retira ses rênes ainsi que la selle avant de le laisser s’amuser aux alentours. Quant à elle, la jeune femme s’assied au sol, adossé contre le tronc rigide d’un arbre. À quelques reprises, elle cogna l’arrière de sa tête contre l’écorce, se maudissant intérieurement d’avoir réagis de la sorte alors que son ami tentait simplement d’être gentil… Pauvre Jace, il avait si souvent subit ses sauts d’humeur. Pas étonnant que celui-ci ne lui montre pas le moindre intérêt… Elle avait beau détenir maintenant une bonne éducation, elle n’en demeurait pas moins la sauvageonne que son père avait trouvée seule dans les bois, gisant dans une mare de sang…
 
Amberle resta un moment contre l’arbre avant que son cheval ne s’approche, lui signifiant de son piaffement au sol qu’il souhaitait manger. Elle poussa un long soupir avant de se lever et de le seller, puis monta sur celui-ci et le poussa au galop vers les murs de la forteresse. La lune était déjà bien haute dans le ciel lorsqu’elle confia sa monture au palefrenier et gravit les marches de la tour en direction de sa chambre. Une fois la porte refermée derrière elle, la jeune femme se tourna et sursauta, bondissant vers l’arrière. Jace leva la tête vers elle, visiblement soulagé, alors qu’il se trouvait sagement assis sur son lit.
 
-          Je commençais à m’inquiéter… Dit-il simplement, malgré le léger ton de reproche.
-          Pardon… Je… J’avais besoin de…
-          De prendre l’air je sais… Tu en doutes peut-être encore mais je te connais bien depuis que ton père et toi m’avez recruté l’an passé…
 
Amber se laissa tomber sur son lit à côté de lui et posa la tête sur son épaule.
 
-          Je me sens tellement idiote… Finit-elle par soupirer.
-          Pourquoi donc?
-          D’avoir réagis comme je l’ai fait… Tu voulais seulement être gentil et moi je t’ai crié dessus alors que la seule personne à qui je devrais en vouloir, c’est moi-même…
-          T’en vouloir de quoi au juste?
-          D’être aussi prompte et stupide…
-          Tu es loin d’être stupide voyons. Ajouta Jace en se reculant légèrement de façon à pouvoir observer le visage de son amie. Prompte d’accord, mais pas stupide je te l’assure…
-          Et te voilà encore, à me remonter le moral alors que je t’ai traité comme un moins que rien tout à l’heure…
-          Que veux-tu, tu ne pourras pas te débarrasser de moi aussi facilement.
-          Peut-être que je ne le veux pas non plus…
 
Réalisant soudainement les propos qu’elle venait de tenir, les joues de la demoiselle s’enflammèrent et elle tourna la tête, comme si cela pourrait y changer quoi que ce soit. Non c’était trop tard, Jace avait remarqué la teinte écarlate qu’avait prise le visage de son amie. Il eut un petit sourire mais à l’inverse de la demoiselle, il ne la piqua pas sur le sujet. Voyant qu’elle semblait mal à l’aise, surement voulait-elle garder le commentaire pour elle à l’origine, le jeune homme se leva du lit et se dirigea vers la porte. Il s’arrêta devant celle-ci, la main sur la grosse poignée en fer puis tourna la tête vers Amberle en souriant.
 
-          Bonne nuit Amber, à demain.
-          Bonne nuit Jace. Répondit-elle en souriant à son tour alors qu’il refermait la porte derrière lui.
 
Poussant à nouveau un long soupir, la jeune femme se leva et se dévêtie, suite à quoi elle se glissa sous les draps de son lit. Il ne fallut pas très longtemps pour que le sommeil la rattrape. Bientôt le seul son audible de la pièce fut celui de sa respiration lente. Du moins, jusqu’à ce qu’on frappe violement à sa porte, ce qui lui sembla être que quelques minutes à peine après qu’elle se soit endormie. Quelle ne fut pas sa surprise de constater que dehors, le soleil était déjà debout et que la matinée était plutôt avancée… Hoho… Le poing qui martelait sa porte devait être celui de Frédéric et visiblement, il était contrarié.
 
-          C’est bon j’arrive, bousille pas ma porte!
-          Tu aurais dû être à l’entrainement depuis une heure déjà! Ouvre sinon j’enfonce la porte!!
-          Pour ton information je dors nue! Enfonce ma porte et une jolie plainte pour harcèlement sexuel sera déposer dans moins d’une heure sur le bureau de mon père!


De l’autre côté de la porte, elle entendit son commandeur grogner mais la menace avait marché puisqu’elle entendait à présent ses pas s’éloigner dans le couloir. Soulagée, elle poussa un long soupir avant de revêtir son armure et de se saisir de son épée et bouclier. Peu de temps plus tard, elle rejoignait Jace et ses autres compagnons dans la cours arrière.
 
-          Tiens! La belle au bois dormant est réveillée! Se moqua gentiment le jeune homme.
-          Tu aurais dû venir me réveiller avant que sa seigneurie la furie le fasse lui-même… Répondit Amber en assénant un violent coup de bouclier à son adversaire.
-          Et où aurait été tout le plaisir de la chose dit-moi?! Au fait, tu t’en es débarrassé comment, il était furax à son retour!
-          Je l’ai menacé de lui foutre une plainte d’harcèlement sur le dos s’il enfonçait ma porte… Plutôt efficace.
-          Bien joué!
 

Les deux amis se cognèrent le poing, complices, juste avant de se faire disputer à nouveau par Frédéric. Ils éclatèrent de rire et reprirent leur entraînement, qui ne cessa que lorsque le soleil atteignit son zénith. Toute l’équipe eut droit d’aller se rafraîchir et manger avant de revenir pour la suite de l’entraînement. Cette fois-ci, Frédéric prit grand soin d’éloigner les deux amis l’un de l’autre, pour leur plus grand déplaisir. C’était peut-être idiot, mais ces deux-là se battaient avec moins d’ardeur et de facilité lorsqu’ils étaient séparé. Malgré tout, chacun d’eux terrassa son adversaire au moins trois fois avant la fin de l’entraînement. Frédéric fini par mettre fin à l’entrainement et Amberle prit le chemin de ses quartiers, suivit de près par Jace qui tentait de la rattraper. En l’entendant appeler son nom, la jeune femme ralentie le pas et son ami arriva rapidement à sa hauteur.

 
-          J’ai bien l’impression que notre commandeur ne nous aime pas du tout…
-          Au contraire, toi il t’aime bien Jace. Tu es un bon combattant et tu es un atout de poids dans son équipe. C’est moi qu’il ne peut pas sentir… La seule raison pour laquelle je fais encore partie de l’équipe c’est parce que mon père est le seigneur commandeur. Sinon, il y aurait longtemps que j’aurais été muté ailleurs…
-          Ne dit pas ça, il faudrait être aveugle pour ne pas voir à quel point tu es forte sur un champ de bataille. Essaya de la consoler Jace.
-          N’empêche que j’ai beau avoir du talent, il ne peut pas me blairer… Un jour j’aurai ma propre équipe aussi et je n’aurai plus à me soucier de cet idiot…
-          J’espère qu’il y aura une place pour moi dans ton équipe.
-          Tu rigoles j’espère! Qui d’autre que toi serait meilleur pour me seconder? Répondit la jeune femme en éclatant d’un doux rire, suivit de près par celui de son ami.
-          Vu sous cet angle. Bon aller, je t’abandonne ici, on se revoit au repas?
-          Bien sûr! À tout à l’heure Jace.
 
Le jeune homme disparu au détour du couloir et Amber entra dans ses quartiers en poussant un long soupir. Elle était épuisée et avait une envie folle de sauter le repas pour dormir un peu, si ce n’eut été du fait que passer du temps en compagnie de Jace lui importait encore plus que son sommeil. Après avoir refermé la porte derrière elle, la jeune garde des ombres passa à la salle d’eau où elle se rafraîchie rapidement avant de changer de tunique. Pantalons amples noir et haut bleu composaient désormais sa tenue alors qu’elle traversait les couloirs en direction de la salle à dîner. En chemin, l’écho d’une voix familière lui parvint, attirant son attention. Subtilement, elle s’approcha du mur et regarda dans le corridor transversal, pour y trouver son père et Jace en pleine conversation. Elle pesta intérieurement d’être trop loin pour entendre ce qu’ils disaient mais pour son grand soulagement, la discussion ne semblait pas envenimée. Elle dû se résoudre à poursuivre son chemin, n’ayant aucune façon de s’approcher suffisamment de son ami et son père. Lorsque Jace la rejoint enfin, elle avait déjà entamé son assiette et ne daigna même pas tourner la tête vers lui.
 
-          Salut à toi aussi Amber. Dit le jeune homme en s’asseyant à côté d’elle.
-          Salut Jace.
-          Je ne m’attendais pas à ce que tu arrives avant moi pour une fois.
-          Je n’avais pas beaucoup à faire dans mes quartiers. Et toi? Des choses intéressantes depuis tout à l’heure? Demanda-t’elle subtilement.
-          Non pas du tout. Je me suis détendus sous l’eau chaude puis je suis venu directement ici.
 
Amberle eut l’impression qu’on lui serrait le cœur. Son ami venait de lui mentir sans le moindre scrupule… Elle se sentie blessé et posa les yeux sur son assiette, se concentrant sur celle-ci alors que Jace faisait la conversation sans sembler se rendre compte qu’elle ne l’écoutait pas… Jace tourna les yeux vers elle et son regard s’attrista. Il s’en voulait horriblement d’avoir dû lui mentir et à en juger par sa réaction, son amie le savait. Le problème c’est qu’il n’avait pas le choix, le père de la demoiselle avait été très clair à ce sujet : «  Elle ne doit rien savoir de tout ça c’est compris!? ». Il ne pouvait pas revenir sur la parole qu’il avait donnée au seigneur commandeur. La seule chose qui lui restait à faire était de continuer de jouer le jeu, même si cela ferait mal à la seule personne qui comptait réellement pour lui. Au final, ce serait mieux ainsi. Il ne la retint pas lorsqu’elle se leva et quitta la grande salle à dîner, se contentant de fixer son assiette vide en soupirant. Il se leva à son tour, allant porter son plateau et se dirigea vers la salle d’entraînement intérieur. Durant le reste de la soirée, le jeune homme martelas les cibles de bois avec ses deux épées courtes, extériorisant les émotions négatives qu’il ressentait. Une fois qu’il se senti apaisé suffisamment pour s’endormir, il rangea ses armes et monta à sa chambre. Jace s’approcha de sa fenêtre et observa l’horizon par celle-ci alors qu’il se dévêtissait, suite à quoi il se glissa sous les draps et ferma les yeux, priant le créateur de trouver rapidement le sommeil.
 
Au petit matin, le garde des ombres s'empressa de se vêtir et d’aller réveiller son amie. Il s’arrêta devant la porte des appartements de celle-ci et frappa deux fois. N’obtenant aucune réponse, il en déduit qu’elle était toujours endormie et il entra dans la pièce. Quel ne fut pas sa surprise de trouver le lit de son amie totalement vide, la demoiselle ne semblant même pas se trouver dans la pièce. Jace haussa un sourcil et se dirigea vers la fenêtre, par laquelle il arrivait à apercevoir la cours d’entraînement. Le reflet d’une chevelure blonde attira son attention et baissant les yeux, il découvrit son amie épée et bouclier déjà en main, s’acharnant férocement  contre les mannequins de bois. Il poussa un soupir, elle semblait toujours en colère contre lui. Alors qu’il s’apprêtait à quitter les appartements d’Amberle, il fut surpris de l’autre côté de la porte par le père de celle-ci.
 
-          Jace?
-          Seigneur commandeur. Répondit l’interpelé.
-          Dois-je commencer à me poser de sérieuses questions sur l’honnêteté de ma fille?
-          Pas le moins du monde. J’étais venu simplement la réveillé mais il semblerait qu’elle soit déjà à l’entraînement. 
-          Je vois. Répondit l’homme en haussant un sourcil. Et bien dit lui que vous partez en mission tous les deux. J’ai besoin que tu l’éloignes de la forteresse quelques jours. Rendez-vous chez ce marchand à Val Royeaux. Il a une commande en attente pour moi que vous devez récupérer. Surtout, elle ne doit pas voir le contenu de la boîte sinon cela gâcherais la petite surprise.
-          Bien monsieur.
-          Si d’aventure tu trouves le temps de lui fausser compagnie et de lui trouver un petit quelque chose qui pourrait bien aller avec le colis, ne te gênes pas pour le prendre.
-          Entendu monsieur. Je vais la chercher immédiatement.
 
Jace prit la bourse que lui tendait le père de son amie et se dirigea vers la cours d’entraînement ou se trouvait celle-ci. Le pauvre mannequin tenait encore à peine debout, la guerrière laissant libre cours à sa rage contre celui-ci, ce qui fit pousser un long soupir au jeune homme. Il se racla la gorge afin d’attirer l’attention d’Amberle et la demoiselle se tourna vers lui dans un mouvement brusque, emplit de colère. Malgré tout, elle rangea son épée.
 
-          Ton père souhaiterait que nous nous rendions à Val Royeaux afin d’aller lui chercher un colis.
-          Je peux très bien m’en charger toute seule… grogna la jeune femme.
-          Je n’en doute pas. Seulement, ton père a expressément demandé à ce que le colis ne soit pas ouvert et que je t’accompagne.
-          S’il juge cela nécessaire, soit. Retrouve-moi devant les portes dans quinze minutes.
 
Et sans dire un mot de plus, Amberle laissa Jace en plan au milieu de la cours. Il ne put s’empêcher de pousser un soupir, heureux que tout ceci prenne fin bientôt. Sans perdre un instant de plus, il retourna vers ses quartiers et y prépara ce qu’il aurait besoin pour leur périple. Se doutant que son amie ne penserait surement pas aux provisions, il fit un arrêt par les cuisines où il prit le nécessaire et rejoignit son amie devant les grandes portes extérieures. Elle était debout devant son imposante monture noire comme la nuit, déjà sellée, et lui caressait le front. À peine était-il arrivé à sa hauteur qu’on lui apporta sa propre monture et son amie monta sur la sienne sans dire un mot. Ce fût dans un silence pesant que les deux compagnons quittèrent leur foyer et prirent la route. 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ce lien qui nous unis ( Romance/ Aventure ) ( classé M, sexualité et langage vulgaire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Personne n'a compris, ce lien qui nous unit [Matty]
» S1E3 : Ce lien qui nous unit
» ❝La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure. ❞ CALLIE&DONOVAN
» La vie nous laisse le choix d'en faire un accident ou une aventure. - Little Shark || PAUSE
» Toi & Moi enfin réunis... [Pv Sweet Fire ♥] [{fini}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon age chronicles :: L'auberge du pendu :: Vos fanfictions :: Dragon age-
Sauter vers: